Magazine et revues Vétérinaires > Alimentation > Tout savoir sur l’alimentation du lapin

Tout savoir sur l’alimentation du lapin

(Mis à jour le: 11 janvier 2022)
3.8/5 - (5 votes)

Le lapin n’est pas un animal difficile et contrairement à ce que beaucoup pensent, il ne se nourrit pas exclusivement de carottes. Certes, il adore ce légume, mais ce n’est pas la base de son alimentation. Il ne faut pas oublier qu’il est avant tout un herbivore. Pour le rendre heureux, épanoui et en bonne santé, voici comment bien le nourrir.

Le lapin est un herbivore

Pourquoi on insiste là-dessus ? Parce que cela va vous permettre de mieux comprendre les bases de son alimentation. Il faut savoir qu’à l’état sauvage, le lapin se nourrit d’herbes, de racines, de feuilles, de certaines fleurs et certains bourgeons et de légumes qu’il vole dans les potagers.

Une fois domestiqué, ses habitudes alimentaires ne changent pas, mais peuvent être enrichies davantage. Certains propriétaires choisissent de nourrir leur lapin, exclusivement avec des granulés. Il est vrai que c’est pratique puisqu’il suffit de doser la quantité avant de lui donner et le tour est joué. Les granulés, puisque sont prêts à être consommés, font gagner du temps, mais ne doivent pas être la base de l’alimentation du lapin.

En savoir plus sur le lapin

Le foin : l’aliment de base du lapin domestique

Le foin : l’aliment de base du lapin domestique

Le foin doit effectivement être l’aliment principal du lapin. Attention à ne pas le confondre avec la paille qui sert plutôt de litière. D’ailleurs, pour que votre lapin ne fasse pas ses besoins dans le foin qu’il va manger, il est conseillé d’en mettre pas petites quantités, plusieurs fois par jour.

Lire aussi – Education du lapin : comment bien s’y prendre ?

Pourquoi privilégier le foin ?

Le système digestif du lapin est un peu fragile. Pour optimiser son fonctionnement, l’animal a besoin de consommer une grosse quantité de fibres par jour. Le foin en contient à profusion, est aussi riche en vitamine D (lorsque le foin est de bonne qualité) et affiche un rapport phosphocalcique équilibré. C’est donc un aliment idéal, mais il faut quand même le compléter avec des extrudés et des verdures fraîches pour éviter les éventuels déséquilibres qui peuvent s’installer s’il ne consomme que du foin.

A part son apport en nutriments, le foin procure d’autres avantages :

  • Il permet au lapin d’user ses dents puisque le pousse à mâcher longuement dans des mouvements de mastication horizontaux. Il ne faut pas oublier que les dents de ce rongeur ont une croissance continue.
  • En donner en grosse quantité au lapin l’occupe pendant une grande partie de la journée ce qui l’empêche de faire des bêtises. Notez que le foin est riche en nutriments, mais pauvre en énergie. Pour être rassasié, il va devoir en manger beaucoup.

Quel type de foin donner à son lapin ?

Les foins vendus sur le marché se composent d’herbes et de graminées. Il en existe différents types à savoir :

  • Le foin de luzerne : très riche en calcium, il est à privilégier pour les lapereaux, pour les lapines en gestation ou les lapins qui affichent une forte carence en calcium. Il est déconseillé chez les lapins adultes en bonne santé, car il pourrait causer des calculs urinaires ou la formation de cristaux.
  • Le foin de prairie : c’est le foin adapté aux lapins adultes en bonne santé. Il contient surtout des légumineuses et des graminées.
  • Le regain : il est plus riche en fibres et s’obtient à la deuxième coupe d’herbes.
  • Le foin de pâturage : c’est un foin de prairie plus équilibré et idéal pour tous les rongeurs.
  • Le foin de montagne : c’est un foin de qualité à haute valeur nutritionnelle.
  • Le foin de Crau : comme son nom l’indique, il vient de la région de Crau.

A eux trois, le foin de pâturage, le foin de montagne et le foin de Crau sont considérés comme les foins de prestige ou de première qualité.

Quelle quantité de foin donner à son lapin ?

Le foin doit représenter 70 % de l’alimentation quotidienne du lapin. Autrement dit, la quantité doit être équivalente à son volume corporel. Attention toutefois, il ne faut pas le lui donner en une seule fois, mais plusieurs fois par petite quantité.

La verdure fraîche : des incontournables

La verdure fraîche : des incontournables

Il s’agit des parties aériennes des plantes, autrement dit le feuillage et les herbes. Ici, on ne parle pas encore de légumes. Dans la nature, la verdure fraîche représente la nourriture principale du lapin.

Qu’entend-on par verdure fraîche ?

Dans cette catégorie, on peut citer les fanes de légumes (carottes, radis …), les herbes aromatiques (persil, coriandre, menthe, basilic …), le cresson, le céleri, les blettes, les salades (épinards, roquettes, mâche …) et bien d’autres encore.

Même si à l’état sauvage, le lapin peut manger de la laitue, une fois domestiqué, il est conseillé de ne pas lui en donner du fait de sa grande quantité en eau. Si vous tenez à lui donner quelques feuilles, faites-le seulement lorsqu’il fait très chaud.

Pourquoi en donner au lapin ?

La verdure fraîche est riche en fibres et en silice, des nutriments dont le lapin a besoin pour l’usure de ses dents. Elle contient aussi des vitamines dont la vitamine A, bénéfique pour ses muqueuses et sa peau, la vitamine D utile pour l’équilibre du calcium et la vitamine E, nécessaire pour son action antioxydant.

Quelle quantité de verdure fraîche lui donner ?

La verdure fraîche doit être au menu du lapin tous les jours. Même si elle est pauvre en énergie, il faut diviser la quantité quotidienne en deux repas. En moyenne, elle doit représenter 8 % du poids de l’animal. Pour un lapin d’1 kg, il faudra donner 80 g de verdure fraîche tous les jours à raison de 40 g le matin et 40 g le soir.

Découvrez aussi :

Les fruits et légumes : des compléments indispensables

Les fruits et légumes : des compléments indispensables

Outre le foin et la verdure fraîche, il faut également donner au lapin des légumes et des fruits tous les jours.

Les légumes à donner au lapin

En ce qui concerne les légumes, plusieurs variétés lui conviennent telles que la carotte, l’asperge, le céleri, les aubergines, les topinambours … Comme pour la verdure fraîche, il faut partager la quantité journalière en deux repas. Et autant que possible, servez-lui toujours trois variétés de légumes par jour dont un sera riche en vitamine A.

En général, les légumes sont donnés non épluchés au lapin, mais il faut toujours bien les laver pour lui éviter les maladies. Et puisqu’on parle de lavage, un point fait débat : doit-on sécher les légumes lavés avant de les donner au lapin ou peut-on les lui donner directement après passage dans l’eau ?

Certains disent qu’il est mieux de les lui donner humides pour qu’ils hydratent les intestins du rongeur. D’autres, par contre, préfèrent les sécher, car les légumes humides peuvent entraîner des troubles digestifs. Entre les deux, tout dépend des habitudes de votre animal. Si depuis toujours, vous le nourrissez essentiellement avec des granulés, alors oui, mieux vaut les sécher au préalable. Par contre, si vous l’avez habitué à manger des légumes, le fait qu’ils soient humides ne lui posera pas de problème. En cas de doute, séchez-les légèrement avant de lui donner.

Important :

Certains légumes conviennent au lapin, mais à lui donner à petites doses. On peut notamment citer le chou qui a tendance à fermenter assez vite. Quant aux légumes riches en eau tels que concombre, courgette …, on les réserve pour la saison chaude.

Les fruits à donner au lapin

Oui, il est possible de lui donner des fruits, mais en quantité très limitée et seulement deux fois par semaine puisqu’ils sont trop riches en sucre pour cette petite boule de poils. Chez le lapin, les fruits doivent être considérés comme des friandises d’où l’intérêt de ne lui en servir qu’occasionnellement.

Parmi les fruits conseillés, on peut citer la pomme qu’il aime beaucoup, le melon, la cerise, l’abricot, les mûres … Globalement, tous les fruits à chairs rouge et orange lui conviennent. Quant aux fruits très énergétiques comme la banane, mieux vaut l’éviter ou seulement à très petites quantités.

Les granulés et extrudés : pratiques, mais pas complets

Les granulés et extrudés : pratiques, mais pas complets

Dans le commerce, on trouve différents types de granulés et d’extrudés conçus spécialement pour le lapin. Certains propriétaires préfèrent se limiter à cette alimentation qui ne demande aucune préparation puisqu’il suffit juste d’en mettre dans sa gamelle.

Attention toutefois, même si certains d’entre eux sont de très bonne qualité et qu’ils sont appréciés pour leur absence de poussière, il faut s’assurer que les produits choisis n’ont pas été conçus pour les lapins d’élevage.

Il faut effectivement comprendre que l’alimentation à donner aux lapins d’élevage est différente de celle des lapins domestiques. Les premiers sont élevés pour être engraissés et pour leur chair alors que les seconds sont de véritables animaux de compagnie. Assurez-vous alors que les granulés et extrudés choisis ne risquent pas de le rendre obèse, mais lui permettent de vivre longtemps et en bonne santé auprès de vous.

Globalement, pour les lapins domestiques, les granulés et les extrudés doivent être distribués en quantité limitée. On vous explique pourquoi …

Les granulés

Il s’agit d’ingrédients alimentaires auxquels on a ajouté de la mélasse et qu’on comprime à froid ensuite. Le lapin en raffole parce que la mélasse leur apporte un goût sucré, mais le sucre, à long terme et si n’est pas limité, va poser des problèmes.

En effet, si son alimentation ne se compose que de granulés, ces derniers ne lui apporteront que du sucre, du phosphore et de l’amidon or, il a besoin de fibres, de calcium, de vitamines … pour s’épanouir. Un déséquilibre peut alors s’installer et engendrer des problèmes dentaires, des troubles urinaires, l’obésité …

A la place des classiques granulés, il vaut mieux choisir des variétés compressées à chaud. Contrairement aux premiers, ils sont compressés à 70° et ne nécessitent pas de mélasse. Ils sont également plus riches en herbes et en foin. Le seul souci c’est qu’ils sont moins appétant, mais on peut l’y habituer petit à petit.

Les extrudés

Ce sont des petits bâtonnets d’ingrédients alimentaires issus d’une extrusion à plus de 130°. Ils ne contiennent pas de mélasse, mais affiche un déséquilibre entre le calcium et le phosphore. Sous l’effet de la chaleur, l’amidon devient plus digestible. Avant de terminer la cuisson, on y ajoute des arômes ainsi que des vitamines pour leur donner plus de saveur.

On peut en donner au lapin, mais comme les granulés, il faut en limiter la quantité.

L’eau : toujours lui en donner

Quel que soit le mode alimentaire que vous avez adopté pour votre lapin, il faut toujours lui donner beaucoup d’eau. En moyenne, il faut compter entre 50 à 150 ml par kilo par jour. L’insuffisance d’eau favorise la formation de calculs urinaires.

Tout comme ses aliments, il faut lui donner une eau propre et fraîche. Il faut également la changer régulièrement.

Quels sont les aliments toxiques au lapin ?

Quels sont les aliments toxiques au lapin ?

Comme on l’a souligné dès le départ, le lapin est un herbivore. Tout ce qui ne rentre pas dans la catégorie des verdures, des légumes et des fruits devrait donc être proscrit. Et même en matière de légumes et fruits, certains sont à éviter, car lui sont toxiques.

On pense notamment à la pomme de terre, à l’avocat, aux haricots crus … Le chou, l’artichaut, le maïs, le brocoli et les petits pois sont, quant à eux, à éviter autant que possible. Ils ne sont pas réellement toxiques, mais mal digérés par le rongeur et peuvent entraîner de la diarrhée. Il en va de même pour les fruits secs et la noix de coco.

Pour en revenir aux aliments qu’il faut vraiment bannir, on peut citer le            chocolat, le maïs doux, les produits laitiers, la nourriture riche en blé (biscuits, biscottes, céréales, pain, pâtes, cookies …) et les graines. On insiste bien sur ce dernier point, car beaucoup de personnes pensent que les lapins mangent des graines ce qui n’est pas le cas. Si vous lui en donnez, il va les avaler, mais ils vont entraîner des dilatations d’estomac, voire des occlusions intestinales, fatales pour l’animal.

Auteur de l’article : paula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *