Magazine et revues Vétérinaires > Conseils vétérinaires > Quelles sont les maladies transmises par les tiques ?

Quelles sont les maladies transmises par les tiques ?

(Mis à jour le: 20 février 2022)
4/5 - (2 votes)

Les tiques sont des insectes répugnants et représentant un grand danger pour les chiens. Les chats sont plus tolérants à ces petites bestioles par rapport aux chiens. En effet, lorsque les tiques piquent un chien ou un chat, celui-ci peut saigner gravement, notamment lorsque ce sont des larves qui font l’action.

Des chiens ont dû être emmenés en urgence afin de lui appliquer une transfusion sanguine, des suites des piqûres de tiques. De nombreuses maladies sont transmises par les tiques : piroplasmose, ehrlichioses, anaplasmoses, hépatozoonose et mycoplasmose. Attention, ils peuvent également transmettre des maladies aux humains.

La piroplasmose : la maladie la plus connue

La piroplasmose est transmise par les babésies, d’où son appellation de babésiose. Les babésies constituent des parasites qui attaquent les globules rouges. Ces parasites se présentent sous la forme d’une poire. Deux espèces sont enregistrées en France : Babesia canis et Babesia vogeli.

La piroplasmose : la maladie la plus connue

Quels sont les symptômes de la piroplasmose ?

Les symptômes n’apparaissent chez le chien que quelques jours après la morsure de la tique. Le chien montre les symptômes soudainement, il devient très abattu et ne se nourrit plus de moins en moins.  Il ne va pas bien et présente des douleurs que vous n’arrivez pas à expliquer. Il affiche également une température assez élevée.

Ces signes démontrent que des tiques ont été présentes sur le chien au cours de ces derniers jours. Comme les babésies s’attaquent aux globules rouges, ces dernières éclatent. Cela rend les muqueuses pâles ou jaunâtres. Les urines du chien sont généralement colorées. Mais avec cette destruction des globules rouges, elles affichent un aspect marc de café. Se rate devient grosse et vous arrivez à le palper au niveau de l’abdomen.

D’autres symptômes, également inattendus, peuvent apparaître.

  •         toux
  •         convulsions
  •         boiterie, se présentant comme une patte cassée
  •         gastro-entérite, etc.

Lorsque ces symptômes surviennent, on ne s’attendait pas du tout à ce que cela soit dû à une piroplasmose. Il faut traiter rapidement la maladie. Dans le cas échéant, cela peut provoquer la mort de l’animal.

Comment faire un diagnostic de la piroplasmose ?

Le diagnostic peut se faire de deux manières.

  •         Le diagnostic cytologique

Pour détecter la présence des babésies, il suffit d’observer une le frottis sanguin du chien suspecté d’avoir attrapé la maladie. Les parasites sont repérés très rapidement au niveau des globules sanguins.

Si le vétérinaire ne dispose pas des moyens rapides pour trouver la présence du piroplasmose, un autre paramètre permet également de déceler les babésies. Une forte monocytose peut être un signe de la maladie. Un chien qui s’est fait mordre par une tique récemment présenté des globules blancs digérant les globules rouges.

  •         Le diagnostic moléculaire

Le matériel génétique des babésies se détecte grâce au PCR ou Polymérase Chain Reaction. Ce test est appliqué sur le sang du chien suspect. Dans le cas où le premier diagnostic n’aboutit à rien, le PCR est souvent demandé pour rechercher s’il y a bien piroplasmose ou non.

Quels sont les traitements de la piroplasmose ?

Le traitement de la piroplasmose est composé d’une seule injection d’imidocarb dipropionate. Une fois que le chien reçoit cette injection, il guérit en moins de 24 heures. Par ailleurs, il existe des cas compliqués. Certains chiens sont touchés au niveau des reines ou du foie. Des fois, ils présentent des globules rouges qui éclatent même après l’élimination du parasite ou des troubles neurologiques apparaissent. Si l’un de ces signes se présente, le chien doit suivre un traitement plus lourd.

Comment prévenir contre la piroplasmose ?

Il suffit d’appliquer les produits qui aident à repousser les tiques sur les chiens. Il peut s’agir de sprays, de colliers, de pipettes de « spot-on », de lotions, etc. Mais on ne peut pas dire que les tiques n’atteignent pas les chiens. Vous pouvez inspecter votre chien par jour pour détecter les tiques et les éliminer. Il existe aussi un vaccin qui permet de lutter contre la piroplasmose.

Les ehrlichioses

La bactérie responsable des ehrlichioses est l’ ehrlichiose monocytaire canine (EMC). Elle se localise à l’intérieur de certaines cellules du chien. Ces cellules s’agissant particulièrement de monocytes, de lymphocytes  et de cellules mononucléées. Elle se présente sous forme d’inclusion en forme de mûre.

Les ehrlichioses

Quels sont les symptômes des ehrlichioses ?

Les symptômes des ehrlichioses sont la plupart du temps spécifiques. Ils se traduisent par un abattement, une hyperthermie, une anorexie et un amaigrissement. Tandis que d’autres symptômes sont très évocateurs. Il  y a le jetage nasal, les douleurs, les boiteries, les troubles de l’hémostase ou les arthrites. Ces dernières touchent différentes articulations et groupes musculaires.

Il  peut également y avoir des signes ophtalmologiques tels que le décollement des rétines, les névrites optiques, etc. Des symptômes rares peuvent également survenir. Par exemple, l’augmentation de la taille de la rate, des troubles digestifs, des troubles respiratoires, des polyomyosites, un avortement, etc. Pour en savoir plus sur comment reconnaitre si votre chien est malade, lisez cet article.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Trois types de diagnostics existent.

  •         Le diagnostic cytologique

Sur un frottis sanguin ou un frottis de moelle osseuse. Les recherches peuvent être chronophages.

  •         Le diagnostic sérologique

Pour diagnostiquer la maladie, le test d’immunofluorescence indirecte (IFA test) est appliqué sur le chien. Les résultats s’observent dans les 7 à 20 jours après que la tique a mordu le chien. Ce test peut rester positif même après la guérison pour les animaux dont le titre initial était faible (≤ 1/160).

  •         Le diagnostic moléculaire

On peut également faire un PCR sur le chien. Si le test est positif, cela indique la présence de la bactérie. Par contre, dans certaines situations, le PCR ne met pas en évidence l’Ehrlichia dans le sang d’un chien faible porteur.

Quels sont les traitements pour soigner les ehrlichioses ?

Pour traiter les ehrlichioses, la doxycycline est la molécule la plus utilisée. Le traitement dure 28 jours au minimum. Mais une durée de 2 à 3 mois, voire plus, est à prévoir. Vous pouvez également utiliser des perfusions, des transfusions et d’autres médicaments.

La guérison peut prendre du temps et n’est pas souvent une évidence. Si bien qu’il est difficile de savoir si le traitement doit être arrêté ou non. Pour décider, il faut se fier à la réponse clinique qui se compose de l’évolution de la sérologie, la réponse du PCR, et la normalisation durable  de l’électrophorèse ainsi que du taux de plaquettes.

Comment prévenir contre les Ehrlichiae ?

Aucun vaccin n’existe pour lutter contre l’ehrlichiose. L’administration d’une petite dose de doxycycline permet de prévenir contre cette maladie. Mais le fait de donner un antibiotique de façon permanente sur une longue période n’est possible que pour les  chiens qui sont exposés grandement à la maladie. Il faut également se débarrasser des tiques déjà présents sur votre animal de compagnie.

A lire aussi :

Comment prendre soin de son chat et de son chien en hiver ?

Chien : la malpropreté chez le chien, comment réagir ?

Auteur de l’article : Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.